The Gigi'$ Crew

*forum de discussion sur la mafia*
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 C.O.C

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gigi
BO$$
avatar

Nombre de messages : 220
Localisation : Non mi ricordo ciu !!
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: C.O.C   Jeu 03 Mai 2007, 06:36

La mafia corse (ou milieu corse) désigne les structures de criminalité organisée d'origine corse. A partir de la Corse, elle s'étend à Marseille et en région PACA, en Afrique, aux Antilles et en Amérique du Sud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://GIGI.forum2discussion.com
godfather468

avatar

Nombre de messages : 8
Localisation : Paris
Date d'inscription : 15/05/2007

MessageSujet: Re: C.O.C   Mar 15 Mai 2007, 23:44

Gigi, pourrait-tu me dire sur quel site tu as trouvé ces infos car j'avoue que les relations entre corses et sud-amerciains, ca m'interesse!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gigi
BO$$
avatar

Nombre de messages : 220
Localisation : Non mi ricordo ciu !!
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: C.O.C   Mar 15 Mai 2007, 23:49

va faire un tour sur WIKIPEDIA tu auras tout c'que tu veux....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://GIGI.forum2discussion.com
Félix le chat



Nombre de messages : 4
Localisation : planète véga
Date d'inscription : 18/06/2007

MessageSujet: Re: C.O.C   Lun 18 Juin 2007, 12:13

godfather468 a écrit:
Gigi, pourrait-tu me dire sur quel site tu as trouvé ces infos car j'avoue que les relations entre corses et sud-amerciains, ca m'interesse!

Les relations entre la Corse et l'amérique du sud sont compelxes anciennes et trés poussées.

Déjà il faut savoir que beaucoup de Corse ont émigrés en masse (plusieurs dizaine de millier) en amérique du sud à la fin du 19 emme siècle et au début du 20 emme siècle.

En particulier en Argentine, au Vénézuela et à Porto Rico, des petite "provinces" ou "localités" sont peuplées de descendants de Corse dans leur majorité, cela crée des "bases" solides pour les proscrit corses qui fuient l'ile et l'Europe à toute époque.
Un peu le phénomène des Siciliens à New York et aux USA.

http://perso.orange.fr/sintineddi/da_info.htm



Citation :
Une information de PORTO RICO : le 10 SEPTEMBRE est proclamé
"LE JOUR DES CORSES DE PORTO RICO"
Un extrait de la récente déclaration qui en fait état :
"Moi, Norma E. Burgos, secrétaire d'Etat, proclame le 10 septembre comme jour des Corses de Porto Rico ... Je félicite l'Association des Corses de Porto Rico qui, par son travail, a permis de renforcer les liens entre nos deux peuples. Nous remercions les immigrés Corses pour la contribution constructive qu'ils ont apporté à notre Société ..."



--------------------------------------------------------------------------------

Rappelons, pour PORTO RICO :
- qu'un monument en hommage aux Corses a été installé à YAUCO en 1983.

- qu'un livre très documenté : "L'EMIGRATION CORSE A PORTO RICO" a été écrit par Marie-Jeanne CASABLANCA en 1993 (Ed. Le Signet à Corte) - Ci-contre, image de la couverture.



En plus de cet émigration, beaucoup de trafiquant de la traite des blanches qui ont fournis certains pays d'amérique du sud (ou il y avait peu de femme comme en argentine qui dans les années 20 était un pays quasi vide) étaient Corses.
Ils ont fait souche en amérique du sud et avec l'émigration de masse des Corses ont batis des réseaux puissants, qui ont permis aux proscrits Corses de tout le 20 emme siècle de se réfugier et de refaire carrière en amérique du sud.
Que ce soit les anciens de la French connection (qui était à 80 % une corsican connection),, ou plus récemment les nationalistes ou truands qui fuient l'Europe, suite à la clandestinité ou aux vendettas. (c'est toujours vrai à l'heure actuelle).

On peut citer comme profil de ce genre d'implantatioon quelques exemples à diférentes époques.

Au début du 20 emme siècle un exemple

Citation :
François Albertini est né le 26 décembre 1872 à Bastia. Habitant Marseille, il se fait truand et s'installe à Saint-Jean, où se trouve le "Quartier Réservé". Il s'agit-là d'un périmètre composé d'une dizaine de rues où la prostitution en maison est autorisée, faisant de ce "quartier réservé" une zone franche du proxénétisme. En 1873, on y trouvait 125 "bordels". Les prostitués de rue tapinent, elles, dans un second Quartier Réservé, situé dans la Ier Arrondissement de Marseille.

Le quartier Saint-Jean, avec ses restaurants, ses bars et ses maisons closes, est alors le haut lieu du Milieu marseillais. S'y réunissent les souteneurs de haut-vol, tenanciers, vendeurs de femmes, placiers, des voyous bien habillés portant des foulards de soie rose. Les gars de Saint-Jean s'en remettent à l'autorité incontestée de François Albertini, dit le Fou pour sa capacité à simuler la folie à chacun de ses procès. L'homme, derrière une allure d'honnête banquier, assez maigre, portant une petite moustage sur son visage fin, est redouté de tous pour sa cruauté. D'ailleurs, lorsqu'un mac a un problème avec une fille récalcitrante, il fait souvent appel au Fou. Jo Bennedetti raconte : "À la deuxième incartade, nous mettions François "le Fou" au courant et la nuit, nous allions tuer la petite derrière la Pharo ou sur les rocher de la grande digue. Nous l'attachions à des tombés de rails de tramways et nous la jetions à la mer. Personne n'en savait rien, c'était pas comme maintenant". François "le Fou" Albertini reigne ainsi en maître sur sa "bande des Vingt et Un" et sur "son" quartier Saint-Jean. De plus, un pacte passé avec la police offre au Fou une impunité casi-totale en échange du renoncement de la bande des Vingt et Un à d'autres activités que le proxénétisme.

Mais la place de choix qu'occupe le Fou n'est pas au goût de tous. En effet, au contraire de Paris, à Marseille la place manque pour les souteneurs, et on se marche souvent sur les pieds. Les plus grands ennemies des "Vingt et Un" demeure les types de Saint-Mauront (au nord-ouest de la Joliette), dont la bande est appelée "l'As de Trèfle" et est emmenée par Louis Ausset, dit Testasse. On la craint au moins autant que la bande des Vingt et Un, sinon plus. Mais les saint-jeannais ne les concidèrent que comme de petits voyous, ce qui a le don d'énerver les "Appaches" de Saint-Mauront. Et, en 1900, le conflit entre les deux quartiers éclate. Le prétexte évoqué? François le Fou aurait volé la femme du Blond, un mec de Saint-Mauront. La tention est à son comble, et un beau jour le Blond descend à Saint-Jean accompagné du caïd Testasse et de quelques autres voyous. Ils y abattent deux saint-jeannais, puis, forts de cette action de guerre, rackettent pendant un moment le Quartier Réservé. Pas longtemps. La bande des Vingt et Un prend des mesures et contre-attaque. Un peu plus tard, un front imaginaire est tracé sur les étendus du Lazaret. Le Milieu marseillais va alors connaître de nombreux règlements de compte et de batailles rangés entre les deux bandes, jusqu'en 1911. Néanmoins, à partir de 1905 le climat redevient relativement calme après quatre années terriblement meurtrières entre 1900 et 1904. Cette année-là voit se dérouler l'affaire Gassin, qui sonne la fin du règne de François Albertini sur Saint-Jean.

Un jour de cette année 1904, un homme de Saint-Jean abat un ennemi, Costa. Cette élimination n'est pas approuvée par tous et Gassin, de la bande des Vingt et Un, déclare publiquement qu'il réprouve cet acte. Le Fou ne peut tolérer un tel affront. Quelques jours plus tard, ne se méfiant pas, Gassin est la cible de quarante coups de revolver. Quatorze balles lui traversent le corps, mais il survit. Appeuré, il trouve refuge chez Paradis, un voyou qui, lui, n'a pas lâché son ami. Mais le Fou et les "Vingt et Un" ont la rancune tenace. Le 7 mai 1904, Pardis est visé par des tireurs embusqués. Il échape aux balles. Le lendemain, c'est jour d'élection. Gassin et Paradis, en bons citoyens, prennent le risque d'aller voter, à l'heure de la sieste pour éviter de croiser le Fou et compagnie. Peine perdue. Une fusillade éclate et Paradis est blessé tandis que Gassin n'est même pas blessé. Les deux hommes sont décidemment chanceux. Peut-être pas Paradis... Le même jour, au soir, il joue avec sa vie en allant assister au dépouillement des votes. Ses ennemies l'attendaient...

À la suite de cette affaire, trois homme de la bande des Vingt et Un, Miello, Mattéi et Gramegna, sont arrêtés. François Albertini et son comparse Sauveur "le Noir" Janello ont, eux, pris le large. Pour les Amériques. À Marseille, la guerre entre Saint-Jean et Saint-Mauront continuera jusqu'en 1911, l'arrestation de Testasse et la condamnation du Fou aux travaux forcés à perpétuité puis à la peine de mort par contumace y ayant mit fin. La rivalité entre Saint-Jean et Saint-Mauront n'est pas pour autant éteinte, et l'année 1923 verra se dérouler les derniers affrontements entre les deux quartiers, avec un vindicatif Antoine la Rocca lancé contre les frères Russo.

À l'étranger, si Sauveur Janello décide de s'installer à la Havane (il est d'ailleurs le premier souteneur français de Cuba), François Albertini, après des séjours en Angleterre, au Portugal et en Amérique du Sud, part, lui, pour le Vénézuela en 1907 et monte des maisons closes à Caracas et Maracaibo, puis rejoind en 1912 ses compatriotes à Buenos Aires (la "capitale", avec Londres, des voyous français partis pour l'étranger). Devenu millionaire, le Fou se fixe au Mexique dans les années 30 vivre une retraite... bien méritée.
http://lunik-parrain.skyrock.com/2.html

Puis ceux de la Corsican (french) connection qui ont fait souche ou passé plusieurs années en amérique du sud
Auguste Ricord, Croce, Mondoloni, Sarti, Orsini etc......


Jusqu'à aujoud'hui ou le milieu Corse est encore trés impliqué dans certains secteurs en amérique du sud (jeux etc...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
the ugly



Nombre de messages : 17
Localisation : France
Date d'inscription : 03/07/2007

MessageSujet: Re: C.O.C   Mar 03 Juil 2007, 18:56

la mafia corse se nomme la brise de mer .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Don Starfane



Nombre de messages : 5
Localisation : Quelque part ...
Date d'inscription : 24/07/2008

MessageSujet: Re: C.O.C   Jeu 24 Juil 2008, 01:46

Ouais t'inquiete on connait. Petit coucou a la Corse. je ferais un article bientot sur ca.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C.O.C   

Revenir en haut Aller en bas
 
C.O.C
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Gigi'$ Crew :: Les mafias. :: Le milieu Corse.-
Sauter vers: