The Gigi'$ Crew

*forum de discussion sur la mafia*
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mort de DOMINIQUE RUTILY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gigi
BO$$
avatar

Nombre de messages : 220
Localisation : Non mi ricordo ciu !!
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Mort de DOMINIQUE RUTILY   Jeu 14 Juin 2007, 22:36

"BRISE DE MER", GRAND BANDITISME, MILIEU DU FOOTBALL, POLITIQUE ET LA MORT DE DOMINIQUE RUTILY

Le 29 mars 1996, un homme tombait sous les balles d'un commando à Hyères. Fait du hasard, il était abattu à quelques mètres de l'endroit où avait été volée la moto Yamaha 750 Fazer, utilisée pour l'assassinat de Yann Piat et retrouvée à moitié brûlée sur la commune de la Garde.

L'homme s'appelait Dominique Rutily. Il était le président du football club de Calvi. En tous les cas en apparence. Car Rutily était aussi un repris de justice comme on dit, un " beau mec ", un grand voyou. Selon les journalistes qui enquêteront sur sa mort, il avait laissé ses " anges gardiens " au pays ne gardant pour toute sécurité qu'un bon vieux 11,43 qui ne lui servira à rien comme souvent d'ailleurs dans ce genre d'attentat. Il a trente-cinq ans et porte beau. Dans sa Balagne natale, on le considère comme un notable.

Mais Rutily possède aussi des intérêts dans plusieurs établissements de nuit en Corse et il a été condamné en 1990 à 4 ans de prison pour sa participation à une attaque à main armée... Récemment, il avait touché 70.000 FRF de primes européennes pour un troupeau de vaches totalement fictif. On raconte également qu'il lorgnait sur l'empire de feu le parrain Jean-Louis Fargette, de Toulon. Il pensait également reprendre le club de foot de Nice avec son ami Rolland Courbis ce qui explique peut-être les inimitiés que tous deux se sont faites sur la côte.. Courbis, l'ancien international de football, ferait plutôt dans la délinquance en col blanc : il aurait été selon les dossiers d'instruction au centre des fausses factures et autres caisses noires du club de Toulon. À noter qu'il a été relaxé dans une affaire sulfureuse de jeux truqués au Palm Beach de Cannes. Sous cette affaire, le Milieu corse et la Mafia...

Justement, c'est le Milieu corse qui est au coeur de cette affaire, et pas n'importe quel. Milieu : un gang redoutable possédant de puissants intérêts économiques et d'importants soutiens politiques. Cette réalité mafieuse n'a rien à voir avec le surnom poétique de ce gang : " La Brise de Mer " ...

Revenons au au match auquel Rutily vient d'assister avec son ami Roland Courbis : il est venu voir son équipe jouer contre les locaux pour ce match important de championnat de Nationale 3. Et le match s'est plutôt mal passé. À l'issue d'une rencontre acharnée, Hyères l'a emporté 2 à O pour la plus grande satisfaction du président du club varois, Claude Hirtzigh.

Mais Rutily n'est pas seul à se désespérer de cette contre-performance des joueurs insulaires. Roland Courbis, qui lui sert de conseiller technique, est furieux. D'autant que tous deux voudraient bien reprendre le club de l'OGC Nice. Il est aussi question d'un mystérieux rendez-vous à Monaco. Courbis niera par la suite de son lit d'hôpital l'existence de ce rendez-vous.

On pourrait presque dire que l'arbitre a sifflé à la fois la fin du match et la mort de Rutily. " Il est 20 heures, écrit Jean-Michel Verne dans " Ils voulaient la côte ", lorsque les deux hommes s'avancent à pied sur l'avenue qui mène à un petit parking. Gomme d'habitude, ils plaisantent, parlent football et femmes, et s'apprêtent à monter dans leurs voitures. Courbis va ouvrir la porte de sa Safrane lorsqu'un déluge de plomb s'abat sur les deux hommes. Quatre tueurs embusqués et munis d'armes automatiques prennent sous un feu croisé les victimes. Ils n'ont laissé aucune chance à Dominique Rutily qui est la véritable cible des tueurs. Le Corse tourne sur lui-même comme un pantin désarticulé. Il s'effondre sur le sol, touché de quatre projectiles. L'un des deux tueurs s'approche. Deux détonations sèches claquent dans la nuit sous le regard de plusieurs témoins. Rutily vient d'être achevé de deux balles dans la tête. Deux balles à bout touchant qui se sont incrustées de dix centimètres dans le bitume de la contre-allée du stade Perruc. Le meurtre est d'une sauvagerie inouïe. Les rares témoins de cette scène hallucinante se sont couchés au sol. L'un d'entre eux raconte " Les balles ricochaient sur l'acier des voitures en stationnement en déclenchant des étincelles. Tout le monde hurlait de terreur. Je n'ai même pas vu les assassins s'enfuir ". Pourtant quatre ombres laissent un corps sans vie sur le froid macadam de la ville maudite. Les yeux bleus de Rutily ont cessé de briller. À ses côtés, Rolland Gourbis a du mal à supporter l'horrible douleur qui lui tenaille le ventre. Une balle de 9 mm, visiblement une balle perdue, lui a transpercé l'abdomen. Un vrai miracle ; le projectile s'est arrêté à quelques millimètres de la moelle épinière. Quant aux tueurs, ils ont pris la fuite dans une Renault 19 volée. Elle n'est toujours pas retrouvée, sans doute brûlée dans une carrière des environs. "

Les policiers du SRPJ pensent alors que Rutily a été abattu par des locaux. D'autres vont chercher sur la piste du FLNC et notamment de sa branche balannaise. En 1996, son présumé responsable Jean-Michel Rossi mène une guerre larvée à la Brise-de-Mer et à ses tentacules. Or Dominique Rutily est le frère d'Alexandre, à qui la rumeur prête le titre de baron de la Brise-de-Mer. Les deux hommes ont d'ailleurs fait l'objet d'une surveillance policière et les rapports se sont accumulés sur leur compte. Le plus éclairant est celui du commissaire Marion.(voir ce rapport)

Les policiers savent évidemment qu'il est sorti de prison fin 94 de prison après avoir écopé en 1990 d'une condamnation à quatre ans par la cour d'assises de Nice. Il avait été impliqué dans l'attaque le 26 mars 1987 d'une agence du Crédit agricole. Une affaire qu'on avait mise sur le compte des Postiches version corse. On raconte à Bastia que la jeune équipe de la BDM était capable d'organiser un coup sur un renseignement. Les M…, G… et autres voyous de Bastia ont alors défrayé la chronique sans jamais être condamnés. On raconte sur la place Saint-Nicolas, que deux de ses membres étaient partis sur un " coup " sur Porto-Vecchio. Légèrement éméchés, ils avaient tout simplement oublié leurs armes. Arrivés devant l'agence bancaire, ils s'étaient aperçus de ce malencontreux oubli et étaient repartis tout joyeux à l'idée de raconter leur étourderie à leurs camarades de jeux.

Les deux frères Rutily ont grandi à Calenzana, le village des Guerrini, les rois du Marseille de la Libération. Leur jeunesse a été remplie des aventures d'Antoine, le taciturne et de Mémé le noceur à qui Gaston Defferre n'avait rien à refuser. Ils ont suivi le chemin de la voyoucratie faute d'autre chose. Dominique et Alexandre ont débuté leurs carrières au sortir de l'adolescence au point d'acquérir une belle réputation dans le milieu insulaire.

Le commissaire Marion a calculé que la Brise de Mer a laissé derrière elle le cadavre de quatorze des siens : assassinés ou suicidés. C'est beaucoup et cela démontre que le crime ne paye pas toujours. Des dissensions ont souvent éclaté lorsque les uns et les autres sortaient de prison. La bande continentale qui appartenait au gang des Postiches a éclaté en plusieurs tronçons : les policiers font la différence entre celui de Toulouse, celui de Marseille, celui de Toulon. Les membres insulaires sont des aventuriers mais, comme beaucoup de Corses, ils veulent assurer leur retraite. Après avoir servi de porte flingues et de tueurs le cas échéant à Francis le Belge, ils ont décidé d'un peu travailler pour eux. Lorsqu'ils éliminent Hoareau pour le compte du Belge, ils prennent aussi possession des boîtes de Balagne dont Le Challenger à l'Île Rousse qui tombe entre les mains de Rutily à la grande colère de Jean-Michel Rossi le responsable balanais du Front. Celui-ci a déjà dans le nez Charles Pieri qui fricote tant et plus avec les voyous de la BDM et notamment Francis Mariani qui est son ami de cavale. Il a pour ami d'enfance Paul Grimaldi, lieutenant du parrain toulonnais Fargette et ami de Francis le Belge en même temps que des cadors de la BDM. Paul Grimaldisera un moment impliqué de très loin dans l'assassinat de Yann Piat avant d'être innocenté. Il sera tué des années plus tard dans sa Balagne natale vraisemblablement par Armata corsa à qui les enquêteurs attribuent la direction balannaise à Jean-Michel Rossi. Il est vraisemblable que ce dernier paiera à son tour cet assassinat et peut-être celui de Dominique Rutily qui lui est attribué à tort ou à raison par les voyous de la côte et de Bastia. Nous y reviendrons. Alexandre Rutily, le frère, est devenu maire de Calenzana. C'est le début de l'embourgeoisement. Les policiers n'acceptent pas l'impunité dont jouit la BDM. Leurs biens sont disséqués. D'autant que Dominique Rutily et son frère seraient les gardiens du trésor de la BDM si on en croit la rumeur. On ne prête qu'aux riches.

Lorsque Rutily a mis la main sur le football club de Calvi, il a dans l'ambition d'un jour supplanter le SCBastiais tenu par les Cuncoltistes de Charles Pieri et accusé à maintes reprises d'être la pompe à finances du FLNC Canal historique. Rutily voudrait profiter de ses amitiés de la Côte pour aller plus loin que Calvi. Avec l'aide de Francis le Belge qui fricote avec Baresi et Tapie, il aurait bien envie d'acheter le football club de Nice.

_________________
Quatordici ana mia mi cundanaru "senza ma fatsu nende vi lu juru" !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://GIGI.forum2discussion.com
Gigi
BO$$
avatar

Nombre de messages : 220
Localisation : Non mi ricordo ciu !!
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: Mort de DOMINIQUE RUTILY   Jeu 14 Juin 2007, 22:36

Son assassinat ne sera jamais élucidé.

Au passage de Rutily, (mais le monde est si petit) on croise l'un de ses connaissances : Noël Filippeddu qui s'est fait connaître sur le continent sous le surnom de "Monsieur Noël ". C'est lui en effet qui, le 17 juin 1993, a déjeuné au Fouquet's, à Paris, avec Boro Primorac, l'entraîneur de football de Valenciennes. Après le déjeuner, " Monsieur Noël " (un proche du parrain marseillais Francis Vanverberghe dit Le Belge) conduit l'entraîneur au bureau de Bernard Tapie. Primorac affirme qu'on lui a demandé de revenir sur ses déclarations, plutôt compromettantes, sur le match truqué O.M.-V.A.. Une perquisition au domicile de Filippeddu qui habite, pardonnez du peu, dans le 16è arrondissement, permettra de découvrir une empreinte digitale du joueur Jean-Jacques Eydelie... Bernard Tapie, alors Ministre de la Ville, était intervenu auprès du Ministre de l'Intérieur puis de la Justice pour obtenir une libération anticipée de Francis le Belge, alors en détention préventive pour trafic de stupéfiant. Le parrain marseillais sera libéré quelques mois plus tard grâce à une caution réunie par plusieurs personnes dont Bernard Pardo (ancien joueur de l'O.M., arrêté pour trafic de drogue). Pardo avait comme imprésario Rolland Courbis (ancien entraîneur du Sporting Club de Toulon et ami de Tapie), tout comme Marcel Dib, qui possède des intérêts dans le restaurant de Filippeddu à Bonifacio. Rappelons également que Courbis a été blessé lors de l'assassinat de Dominique Rutily, le truand corse qui voulait reprendre le club de foot de Nice... Sacré parcours pour celui qui se trouve aux côtés de Rutily à l'instant du jugement dernier.

Et puisque nous voilà sur Filippeddu (il nous pardonnera l'image) parlons un peu d'un autre ami de Rutily : le frère de Filippeddu Jules-Philippe, est également dans les " affaires ". Installé au Brésil, il a été décrit par un rapport sénatorial que nous tenons à la disposition de la justice comme un des rois du " Vidéo-Poker " (un réseau de jeux illégaux sentant le souffre...) et le bras droit de Lillo Lauricella, homme de la mafia de Catane et lieutenant du mafieux Pipò Callò. C'est lui qui avait accueilli Yves Challier quand il s'est enfui au Brésil avec un " vrai-faux passeport ", délivré par Charles Pasqua, dont il est d'ailleurs un proche et membre de son réseau international. Il avait alors été inculpé de complicité d'usage et de délivrance irrégulière de documents administratifs. Sans doute avait-il été voir son frère quand André-Noël est arrêté en mai 1995 pour une affaire de fraude fiscale portant sur 2 millions de FRF.

On accuse alors André-Noël d'avoir dissimulé au fisc la perception de chèques et d'un virement tirés notamment sur le compte de la SARL STAC. Or, les chèques sont signés par un certain Lillo Lauricella. Ce dernier (une relation rappelons-le du " Trésorier de la Mafia ", Pippó Caló, et du parrain de Catane, Nitto Santapaola) est soupçonné de mener des opérations de blanchiment dans le cadre de l'aménagement de l'île de Cavallo, au sud de la Corse. Dans cette affaire, la police estime que Filippeddu a encore servi d'intermédiaire...

Monsieur Noël a servi également de médiateur pour le compte de la SMAR (Société Monégasque d'Avances et de Recouvrements, filiale de la Société des Bains de Mer, propriétaire notamment du casino de Monaco). Cette médiation était destinée à éviter une plainte pour escroquerie de la part d'un riche joueur. En effet, un chèque de 322 millions de lires (1,4 million de FRF) a disparu alors qu'il était censé régler les dettes de jeu. Pourtant, le chèque a bien été débité par Maddalena Motto, agent prêteur au casino de Monte-Carlo. Dans quelles poches a-t-il fini ? Il faut savoir que Maddalena Motto (depuis condamné par la justice monégasque...) avait pu échapper à une enquête de la justice italienne sur un trafic de drogue de la Mafia grâce à une fausse déclaration de Stéphane Giaccardi, ancien secrétaire Général de la Société des Bains de Mer, récemment condamné par la Cour d'Appel de Monaco...

Un des auteurs du " Casse du Siècle " à la Banque de France de Toulon (près de 150 millions de FRF de butin, dont à peine 10% retrouvés !), René Bombace, affirme qu'une partie de sa part lui a permis de rembourser une dette auprès de... André-Noël Filippeddu ! Rappelons, là aussi, les relations entre le gang et la Mafia italienne, qui a sans doute profité de la plus grande partie du butin. Bien sûr, Filippeddu a déclaré ignorer l'origine délictueuse de cet argent...

Tandis que se poursuit l'enquête relative à l'assassinat de Rutily, 13 prévenus, issus de la mouvance de la " Brise de Mer ", comparaissent au Tribunal Correctionnel de Nice. Ils sont soupçonnés d'avoir préparé une attaque d'un fourgon blindé en février 1994. À l'époque, le monde criminel part ou ramène toujours à la BDM. D'autant que l'une des connaissances des Rutily se nomme Joseph Menconi, qui abat en 1997 un légionnaire à Calvi où il a ses habitudes. Joseph Menconi deviendra plus tard le bras droit du fils de Francis Mariani. Mais il gardera toujours un œil pour la BDM sur cette région de Corse où Jean-Michel Rossi tente de préserver son territoire et où Alexandre Rutily le frère en apparence rangé des voitures tient son son restaurant bar glacier sur la plage de l'Arinella à Lumio le nouveau Saint-Tropez de Corse. Pensez-donc : s'y bousculent Laetitia Casta, Guy Bedos et bien d'autres sommités.

Le nom de Dominique Rutily aurait pu restert dans le royaume des ombres s'il n'avait exhumé à propos de l'assassinat de François Santoni. La thèse officielle qui est alors répandue à partir de Paris est qu'il aurait été abattu pour une vendetta d'ordre personnel. L'avantage de ce propos que L'investigateur est le premier à divulguer est qu'il permet d'exonérer de toute responsabilité la Brise-de-Mer et ce faisant Charles Pieri, l'ami de Francis Mariani. L'investigateur, relayé par Le Monde, se fait donc l'écho (et seulement l'écho) de cette thèse policière. Dans les cercles du renseignement parisien on ajoute même une touche à cette trame : Angeot Orsoni et Alain Robin auraient été aidés dans leur coup par des amis de Dominique Rutily qui en voulaient au couple Rossi-Santoni. Le problème est que l'hypothèse ne tient guère. Il est très vraisemblable qu'à l'époque, les enquêteurs en savent plus qu'ils ne veulent le dire et pensent déjà à Joseph Menconi qui, c'est exact, avait connu Dominique Rutily. Mais la piste Menconi ne pouvait que mener au fils de Francis Mariani. Le nom de Rutily sort donc très vite du vocabulaire de ceux qui veulent faire croire que François Santoni est tombé pour une haine vieille de plusieurs années.

La vérité apparaît comme plus difficile à cerner. Dans cette île, les haines s'accumulent et finissent par devenir explosives. Les bandes de voyous et celles de clandestins sont souvent les mêmes. D'après tout ce qui est remonté à L'investigateur, la culpabilité d'Angeot Orsoni apparaît plus que douteuse. Mais elle convient bien à un gouvernement qui ne veut surtout pas fâcher le FLNC Union des Combattants et qui craint de voir le bel édifice de la paix s'écrouler. Telle est l'histoire de Dominique Rutily.

_________________
Quatordici ana mia mi cundanaru "senza ma fatsu nende vi lu juru" !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://GIGI.forum2discussion.com
xanax

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 36
Localisation : Parigi
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: Mort de DOMINIQUE RUTILY   Jeu 26 Juin 2008, 02:42

Beau dossier tres interessant sur la Brise...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mort de DOMINIQUE RUTILY   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mort de DOMINIQUE RUTILY
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mort de Dominique Alfonsi
» Dominique D'Onofrio est décédé
» Bruit embrayage au point mort
» [Objectif Badwater 2010] En route vers la Vallée de la Mort
» Point mort qui passe pas naturellement ! (résolu)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Gigi'$ Crew :: Les mafias. :: Le milieu Corse.-
Sauter vers: