The Gigi'$ Crew

*forum de discussion sur la mafia*
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les freres Hornec

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
xanax

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 36
Localisation : Parigi
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Les freres Hornec   Jeu 10 Juil 2008, 02:33

Les frères Hornec (appelés aussi les frères "H", à l'instar de certains "Z" comme les freres Zemmour), Marc, Mario et Jean-Claude, ont commencé leur carrière au début des années 80, à Montreuil. Leur famille, des gitans sédantarisés, est installée dans la cité de la Boissière à Montreuil (93). La même cité que celle d'où vient Claude Genova (alias Le Gros), le boss du moment. Du coup, les Hornec n'ont pas de mal à sa faire, un temps, une place à ses côtés pour taper quelques affaires. Mais assez vite, ils vont faire cavaliers seuls. Les personnes avec qui ils ont grandit leurs font confiance. Des maghrébins et des gitans pour la plupart. Leur activité centrale est propre à la nouvelle donne du Milieu : le braquage. Ceux tapés par l'équipe s'avèrent être de plus en plus audacieux. Le noyau dur de la bande, composé d'une dizaine de jeunes, prend de l'importance. Mais l'ascension des frères de Montreuil ne commence réellement qu'en 1989.
Cette année-là, le caïd de la capitale Claude Genova est écroué. Les Hornec voient donc leur ambition décuplée. À leurs côtés, on trouve certains futurs grands noms maghrébins du Milieu parisien, à savoir Ihmed Mohieddine et Nordine Mansouri, mieux connu sous le pseudonyme "la Gelée" (de l'arabe lagel, le veau). Petit à petit, les Hornec, menés par Marc, reprennent les affaires de Genova, notamment les bars à hôtesses. Mais pas sans difficultés. Ainsi en novembre 1993 est tué Michel Thiry, un ami des frères gitans, à Montreuil.
Claude Genova, qui a bénéficié d'une permission en février 1994, se met au courant des derniers gros coups tapés par le clan Hornec et décide de les mettre à l'amende. Ainsi ses hommes enlèveront la Gelée dans le but de lui faire avouer, de la manière la plus violente qu'il soit, les emplacements des magots de la bande. Une technique que Genova affectionne tout particulièrement. Mais l'un des ravisseurs n'est autre que le beau-frère de la Gelée. Ce dernier sera donc relâché contre une forte rançon. Puis Genova rentre en prison, et là les hostilités commencent.
En mai 1994, l'assassin de Thiry, Éric Pasquet, est abattu à Paris, suivit de Joël Guignon, tué le 12 juin à Nogent-sur-Marne. Le lendemain, c'est Féfé le Brochet qui tombe, le même jour que deux frères gitans proches des Hornec, victimes de l'instinct vengeur du dénomé Pépé. Le 20 août 1994, Claude Genova a droit à une autre permission. Deux truands indépendants poussés par les Hornec vont lui régler son compte : le 22 août 1994, Claude le Gros est abattu de trois décharges de fusil alors qu'il se trouve avec sa femme.
Les Hornec sont alors entièrement libres pour manoeuvrer et réinvestir l'argent issu des braquages de fourgons dans des bars, des restaurants et cinq boîtes de nuit. Mais les derniers fidèles de Genova n'ont pas dit leur dernier mot : dans la nuit du 23 au 24 mai 1995, deux boîtes des frères gitans sont plastiquées à Evry et Andilly, et un engin incendiaire est lancé à travers la vitre d'un restaurant du Perreux. Et le 3 août 1995, l'un des tueurs de Genova, Jean-Dominique Poletti, est descendu à Boulogne-Billancourt dans sa mercedes. Son complice, Kadda H. dit Karim, s'est lui enfui en Algérie.
Puis le calme revînt...
La famille Hornec est très vaste (des équipes entières de police ont consacré plusieurs journées à établir l'arbre généalogique de la famille) et les liens qui l'unit sont très forts, donc pas de risque d'entourloupe ou de trahison entre eux. Par son étendu, le clan Hornec arrive à mettre dans sa poche les plus gros voyous parisiens. En effet, la fratrie aime être en bons termes avec tout le monde, s'associant tour à tour pour telle ou telle affaire avec différents voyous, braqueurs, trafiquants, ou autres.
Les Hornec sont de grands spécialistes du vol toutes catégories, et en particulier du braquage. Marc et Mario en sont de grands spécialistes, et aux côtés de professionnels comme la Gelée ou Ferrara, ils ont fait des ravages. Car en effet, pour les braquages, les frères Hornec n'hésitent pas à s'allier avec de grosses pointures du braco, comme Antonio Ferrara de la BS (dont ils auraient organisé l'évasion en mars 2003), ou Joseph Menconi, de Corse. Les trois frères ne seraient étrangers à aucun des gros braquages d'île-de-France qui ont eu lieu ces dix dernières années. Les sommes ainsi amassées sont énormes. Et c'est Marc, le chef de file du clan, né en 1966, qui se charge de les réinvestir, surtout dans les bars à hôtesses des quartiers chics de la capitale et dans des établissements de nuit. Et bien vite dans les machines à sous.
Jean-Claude Hornec, dit "Eddy Mitchel", lui, se tient quelque peu à distance des affaires de ses deux frères. Mais en sa qualité d'aîné, c'est lui que l'on écoute le plus et que l'on consulte le plus souvent. Pas question de foncer sans son assentiment. Il a d'ailleurs était inculpé dans une affaire de trafic de tableaux volés avec six autres personnes arrêtées en 2002 et 2003, dont trois ont des liens de parenté avec lui (Fabrice, Jacques et Thierry Hornec, neveux et cousins). Par ailleurs, cette bande est aussi soupçonnée de nombreux "saucissonages", aussi violents qu'intelligemment montés, effectués en Picardie, dans le Nord-Pas-de-Calais et en Champagne-Ardenne, d'un vatse trafic de voitures de luxe volées sur les autoroutes, et de l'hold-up de l'hôtel des ventes de Fontainebleau (800 000 euros de joyaux dérobés).
Un policier parle de Marc Hornec et ses frères en ces termes : "il vit dans cette grosse baraque avec ascenseur, marbre blanc et canapés en cuir mais, dans le jardin, il a gardé une caravane. Toute la spécificité des Hornec est résumée dans cette image. Ils restent d'une simplicité extrême. Ils ont à la fois la grosse villa sur la côte et la caravane en Vendée. Ils peuvent un jour diriger un gros coup contre un transporteur de fonds et, le lendemain, monter en personne sur un braquage minable.
Marc Hornec se considère comme étant victime d'un acharnement judiciaire. Ce qui a le don d'irriter ses proches . Ainsi, il est une fois arrivé à ces derniers de prendre en filature des policiers en civil pour les passer à tabac. Ceux-ci sont allés se réfugier in extremis au 36, Quai des Orfèvres. Par ailleurs, Marc, qui est alors recherché pour trafic de stup, force en 1995 un barrage de police à Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes), où il possède une luxueuse villa. Il se fera finalement pincé par la brigade des stups en mars 1996 à Eurodisney, alors qu'il se trouve avec un de ses jeunes neveux. Il sera libéré faute de preuves. Ailleurs, dans le 93, des policiers ont demandé à être mutés après avoir eu un différent avec un Hornec.
Les trois frères ont apparemment le bras long. Ils semblent en tout cas très au faut de l'avancée des enquêtes qui les suivent. Bien qu'étant concidérés par toutes les polices comme étant les parrains de Paris, les Hornec possèdent un casier judiciaire bien léger. Officiellement, ils ne sont que de simples forains. Leurs avoctas, Giraud, Liénard et Achoui, leurs sont d'ailleurs d'une grande utilité.
Ainsi, le 31 janvier 2003 avait été libéré Marc Hornec de la prison de la Santé, au grand damne de tous les services de la PJ parisienne. Le magistrat en charge de l'affaire estimait que l'incarcération de Marc Hornec ne se justifiait pas. Ses avocats avaient d'ailleurs vite fait de réagir : durant un mois, ils n'avaient cessé de déposer des demandes de mise en liberté. Marc avait été arrêté un mois plus tôt, le 21 décembre 2002, pour le braquage de quatre algériens venus à Paris changer de l'argent en lingots d'or, en juin 1999. Des écoutes téléphoniques avaient permis d'entendre citer les prénoms "Marc" et "Mario". En 2004, rebelotte. Alors qu'il avait été arrêté en mars, visé par deux mandats d'arrêt et recherché pour un vol en bande organisé, Marc Hornec est libéré de Fresnes quelques mois après son incarcération.
Par ailleurs, le juteux marché des machines à sous voit arrivé de plus en plus de truands dans ses rangs. Surtout à partir de la fin des années 90. Certains d'entre eux semblent vouloir prendre leur envol en oublaint les frères Hornec. Ces derniers vont faire place nette. Le 18 octobre 1999, au matin, Farid Saana, dit l'Écureuil, reçoit onze balles de 11.43 et deux chargeurs de fusil de chasse Place des Ternes. Antonio Lagès est tué l'année suivante, le 23 octobre 2000, de deux balles de Brenneck, avenue Georges-V. Djilalai Zitouni s'éteind le 21 juillet 2001 à Gennevilliers. Puis c'est Patrice Roma qui est abattu, en décembre 2001, dans le XIe arrondissement.
Mais le règlement de compte qui a fait grand bruit dans ces années concerne un enjeux bien plus important que quelques "baraques" : le quartier des Champs-Élysées et de l'Étoile, appelé le "Triangle d'Or". Le racket, les machines à sous et la prostitution y rapportent des sommes colossales. Et l'homme qui a décidé de régner sur tout ce monde n'est autre que le bien connu Francis le Belge, secondé par un autre "beau mec" marseillais : Joël le Libanais. Ils tiennent bien le quartier. Peut-être trop au goût des Hornec : le 27 septembre 2000 est abattu de sept balles de 11,43 Francis le Belge, dans un bar du VIIIe. La rumeur désignait Zitouni comme le commanditaire, ce qui est sûrement faux. S'il n'a pas été tué par les Hornec, il a été victime des vengeurs du Belge, qui ont pris le "fausse" (?) rumeur pour une réalité.
Quel avenir pour le clan Hornec? Certains estiment que leurs dernières démêlés judiciaires les ont fortement affaiblie. Jean-Claude est actuellement en prison (enfin, je crois) pour l'affaire du trafic de tableaux volés, et Marc, recherché dans plusieurs départements, serait en hôpital psychiatrique (simulation?). Certains l'aurait aussi apperçut à Menton et dans des boîtes de nuit parisiennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les freres Hornec
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» front flip freres pages!
» Les frères jumeaux !
» freres pinard
» Philip freres (34)
» Huguier Freres(10)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Gigi'$ Crew :: Les mafias. :: Le milieu Français.-
Sauter vers: