The Gigi'$ Crew

*forum de discussion sur la mafia*
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La nostra isola

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
TrinacriaLupara

avatar

Nombre de messages : 36
Age : 37
Localisation : Regarde toujours derrière toi...
Date d'inscription : 03/05/2007

MessageSujet: La nostra isola   Sam 19 Mai 2007, 02:21

Voilà j'avais envie de vous parler de mon île et de vous la présenter...

Introduction :

« Insoumise » tel est l’adjectif qualifiant le mieux cette île au cœur de la Mediterrannée qui a longtemps été l’objet de convoitises.
Colonisée par les Grecs, les Romains, les Arabes, les Normands, les Espagnols…
elle a subi de nombreuses influences mais a toujours cherché a garder sa propre identité.

Les "Sicules" et les "Sicanes" (un nom pour la mia Sicilia) :

Les premiers habitants de la Sicile, selon les historiens anciens, furent les Sicanes : population d’origine ibérique, qui, pense-t-on, arrivèrent sur l’île depuis l’extrémité sud de l’Italie.

Puis déferlèrent les Sicules de race indo-européenne.

C’est à ces premiers envahisseurs que la Sicile doit son nom.

La Sicile Grecque :

Au milieu du VIII ème siècle avant J.C, commence la colonisation de la Sicile entreprise à la fois par les Phéniciens de Carthage (peuple d’Afrique) et par les Grecs.

Les premiers ont des visées exclusivement commerciales, tandis que les grecs entendent pour leur part créer des colonies de peuplement afin de tirer profit des riches terres siciliennes.

Les colons fondent des cités à partir desquelles se développent de nouvelles colonies intégrant la population originaire de l’île.
Puis ils se transforment en agriculteurs et exploitent les zones les plus riches de l’intérieur de la Sicile.

Si elles connaissent rapidement la prospérité, les villes grecques de Sicile sont soumises à l’autorité de puissant tyrans.

C’est ainsi qu’à son apogée Syracuse est surnommée l’Athènes de l’Occident et devient la rivale de l’Athènes de Périclès.

Durant toute cette période la Sicile se couvre de monuments grecs, les plus intéressants et les mieux conservés se trouvent à Agrigente, qui possède avec la Vallée des Temples, la zone archéologique la plus impressionnante de l’île par sa dimension.

La Sicile Romaine :

La domination romaine s’établit avec la soumission de la Sicile lors de la prise de Syracuse par le consul romain Marcellus en 212 av. J.C.
Première en date des provinces romaines, la Sicile est administrée par un prêteur à Syracuse qui contrôle le commerce du blé, principale richesse de l’île.

La Sicile devient le grenier à blé de l’Empire.

Des esclaves et des paysans libres font fructifier les terres des vastes domaines.
Mais Rome ne porte qu’un intérêt marginal à la Sicile qui connaît, pendant plusieurs siècles un isolement politique, économique et culturel.

C’est de cette époque que date la superbe villa de Piazza Armerina, l’un des rares vestige de l’architecture romaine, qui doit sa célébrité à son pavement de mosaïques.
L’amphithéâtre de Syracuse et le splendide théâtre de Taormine sont les deux autres témoignages de la présence romaine en Sicile.

Entre le IIème siècle et le IVème siècle, apparaissent les premières décoration picturales de l’art chrétien ornant les catacombes.

La Sicile Arabe :

C’est à partir de 827 que les Arabes ont conquis la région de Trapani.

L’occupation dure deux siècles et demi et entraîne beaucoup de changements :

Palerme devient la capitale, les conditions économiques et sociales de l’île s’améliorent considérablement.

Les Arabes apportent dans l’île de nouvelles méthodes de cultures, de constructions et de décorations, laissent en héritage de véritables chefs-d’œuvre (palais, mosquées, minarets, magnifiques jardins, somptueuses fontaines).

Ils développent le commerce et la Sicile connaît enfin l’Age d’Or...

Cependant, cette présence musulmane en Sicile, pont entre l’Afrique et l’Europe, déplaît fortement au monde occidental christianisé.

Alors, le Pape promet aux normands déjà installés en Italie du sud, la souveraineté de la Sicile, s’ils parviennent à chasser les Musulmans, appelés les « infidèles ».

La Sicile Normande :

Les Normands envahissent l’île en 1060 et mettent une trentaine d’années à s’imposer sur l’île.

Les Normands gouvernent avec tolérance puisque le roi Roger 1er choisit ses ministres et ses administrateurs suivant leurs mérites, sans tenir compte de la race ou de la couleur de peau.

Le roi rejette alors la tutelle du Pape soucieux de l’épanouissement et du bien-être matériel de l’île.

Ses successeurs, de Roger II à Guillaume II, auront les mêmes idéologies.

Cette période est l’occasion d’un développement culturel et artistique de la Sicile, à titre d’exemple la Cathédrale et l’abbaye de Montréal (le cloitre) où des influences arabes et normandes se mêlent.

La traversée du désert :

En 1282 la présence du Duc d’Anjou, successeur au trône par don du roi de France, provoque un vaste soulèvement populaire.

Cet épisode sanglant et glorieux fut illustré par le célèbre opéra de Verdi « les Vêpres siciliennes ».
Les Aragonais succédèrent aux angevins.
Rois et barons commencèrent alors à se disputer le pouvoir, et une longue période d’instabilité s’installa en Sicile.

Au XIII ème siècle s’arrêtent les grandes heures de l’histoire sicilienne.

Dès 1487 l’Inquisition s’installe comme la plus grande force sociale et accélère la destruction des mosquées et des synagogues ainsi que la conversion des derniers Juifs et Musulmans (c’est une des raisons pour laquelle la Sicile est catholique à 90%).

Aux XVII et XVIII ème siècles, la Sicile et le Royaume de Naples sont l’objet de convoitises et le centre de nombreuses intrigues entre la France, l’Autriche et l’Espagne.

Cette dernière hérite de la couronne en 1734 et les soulèvements populaires sont réprimés dans la violence.

Il est important de noter que peu de roi ont gouverné la Sicile en Sicile, ce qui a apporté un degré d’autonomie à l’île mais a aussi favorisé l’installation de la mafia comme pouvoir

La Sicile dès à présent :

Lorsque Garibaldi débarqua le 11 mai 1860 à Marsala, toute l’île se souleva et se rallia à la cause unitaire italienne.

Rattachée à l’Italie, elle connut une longue période de souffrance à cause d’une politique inadaptée à son insularité.
Donc, en 1946, un référendum abolit la monarchie et les titres de noblesse.
Le mouvement autonomiste, né après la Libération, obtient gain de cause en Mai 1946 :

la Sicile devient une entité régionale autonome.

Vous pourrez retrouver l’ambiance de cette époque dans le film « Le Guépard ».

L’île a longtemps subit des invasions et elle en a beaucoup souffert sans jamais s’incliner.
La présence de la Mafia n’a pas arrangé la situation.

Mais la Sicile ne cesse jamais de se battre, et c’est grâce à cette ténacité qu’aujourd’hui certains ont le courage de lutter contre la Mafia...
_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La nostra isola
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CHAMPIONNAT DU MONDE ISOLA 2000
» [Course de Louch - Isola] Naranja
» Hébergement pour le Mondial Trial à ISOLA 2000
» 28/08/11 Course de Louch Isola
» Parcours VINADIO (ITALIE) - ISOLA 2000 ????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Gigi'$ Crew :: Expression Direct. :: Libérté d'éxpression.-
Sauter vers: